jeudi 12 septembre 2013

Emmanuel Faucon : Centenaire de la Brasserie des Brotteaux

Cent ans se sont écoulés et le rituel est - presque - immuable. Les premiers rayons de soleil sculptent les détails de la façade de ce bel immeuble construit en 1913, date également de la création de la Brasserie des Brotteaux à Lyon. En terrasse aux beaux jours ou dans la magnifique salle Art Nouveau, les clients savourent leurs cafés et leurs tartines confortablement installés sur les banquettes Moleskine vert bouteille.
« C’est une affaire familiale que je dirige seul depuis 2003. Lise Faucon, ma mère, m’a précédé à ce poste depuis 1991 pour initier l’essor de la Brasserie » explique Emmanuel Faucon, tout en rajoutant : « Le décor illustre le plus pur style Art Nouveau inspiré par le monde végétal aux formes ornementales très fluides, les moulures et les carreaux peints à la main. Le bar en chêne, lui aussi centenaire, pourrait en raconter des brèves de comptoir ! »
Histoire d’une espace autour d’un véritable patrimoine architectural, le maitre des lieux aime à rappeler cette richesses : « C’est à Gilardoni et Brault, céramistes attitrés d’Hector Guimard que l’on doit les magnifiques parements de l’établissement, notamment -le vase des Binelles-. Ils ont également signé les céramiques de la magnifique Maison Michelin de Londres. En 2000, le label -patrimoine du XXème siècle- a été attribué à la Brasserie des Brotteaux. Ce label distingue les constructions et ensembles urbains majeurs du XXe siècle (2200 édifices environ, ont été labellisés en France). »
Les temps forts gourmands sont nombreux. Le déjeuner s’anime joyeusement au rythme du ballet des serveurs qui sillonnent, entre les tables avec les plats du jour ou les spécialités de la maison (les poireaux vinaigrette et les œufs mayonnaise aux truffes). Dans l’après-midi, les uns laissent vagabonder leurs esprits sur les entrelacs de roses,
de lierres et autres feuillages des fresques en céramique ; les autres dégustent un Paris-Brest ou une tarte aux fruits maison confectionnées avec de la farine de noisette. Le soir, place à la Lumière poudrée pour le dîner, ambiance intimiste et élégante. Sur le comptoir en bois et en cuivre, les cocktails s’alignent, classiques (bloody mary, martini à la cuillère comme l’aime James Bond) ou ”créations du jour”.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La parole est à vous ! Merci de nous faire vos retours et de nous partager vos ressentis !